Pays Basque I

Recto d'une lettre du professeur Gavel à Claudie Marcel-Dubois  (scan FRAN_0011_03485_L)
Recto d'une lettre du professeur Gavel à Claudie Marcel-Dubois (scan FRAN_0011_03485_L)

Présentation

Préparée avec le linguiste bascophone Henri Gavel et grâce au soutien du Musée basque via le Commandant Boissel, l’enquête traverse en une semaine les trois provinces du Pays basque nord (Labourd, Basse-Navarre, Soule), ce qui permet aux chercheuses de prendre la mesure de l’extrême diversité des pratiques vocales: chant improvisé avec notamment le concours de bertsulari enregistré le 8 septembre 1947 à Sant Jean Pied-de-Port (où se produisent entre autres Mattin, Pierre Bordaçarre dit Etxahun-Iruri, Teodoro Hernandorena et le leader indépendantiste Telesforo Monzón), chants monodiques et polyphoniques, comptines, cantiques, ton déclamatoire des pastorales, cris de chasse à la palombe, cris des bergers ou encore annonces psalmodiées des compteurs de points lors des parties de pelote. Pendant cette mission, des airs de danse sont également collectés. Le parcours s’achève dans l’agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz où est enregistré notamment le chansonnier gascon Carlito Oyarzun, interprétant des chants, histoires, et imitant également les crieurs de rue.

Objectifs et circonstances

Le Commandant W. Boissel, directeur du Musée Basque de Bayonne et M. Gavel, professeur à la Faculté des Lettres de Toulouse, ayant connaissance du travail effectué par le Musée des Arts et Traditions Populaires de Paris dans le domaine patrimonial se sont montrés désireux de «constituer une collection d’enregistrements basques et gascons», et cela le plus rapidement possible «car bien des choses intéressantes commencent à se perdre». Tels sont, suite à la promesse faite au Commandant Boissel, les propos tenus par le professeur Gavel, dans une lettre du 13 décembre 1946 qu'il adresse à Georges Henri Rivière, directeur du musée. Ce dernier accepte cette sollicitation et se dit même heureux de travailler avec le Musée Basque. Divers échanges ont lieu pour définir les modalités de la réalisation de ces enquêtes, qu’elles soient organisationnelles, matérielles, ou financières.

Un point retiendra notre attention. Dans le cadre de ces échanges, le Commandant Boissel, directeur du Musée Basque, avise Georges Henri Rivière de la possibilité d’attribuer un budget pour le déplacement des chanteurs à Bayonne. Il semble, au coeur des ATP, que certaines craintes soient exprimées quant à ces déplacements et donc au déracinement des chanteurs pour préserver la qualité des enquêtes. L’équipe du musée des ATP propose alors au professeur Gavel de réaliser certains enquêtes à Bayonne tout en lui soumettant l’idée d’enregistrer sur le terrain des chanteurs puisque la possibilité est donnée à Claudie Marcel-Dubois et son équipe de se déplacer en voiture. Le Professeur Gavel est d’accord avec cette proposition qui est donc validée.

L’ordre de mission sera rédigé du 3 au 21 septembre 1947 mais il semble que la mission ait eu lieu du 6 au 18 septembre. 

Itinéraire et chronologie

Après divers changements dans le programme prévisionnel, il semble que l’emploi du temps définitif de Claudie Marcel-Dubois et Maguy Andral ait été le suivant.

Une arrivée était prévue pour le samedi 6 septembre 1947 au Musée Basque. M. Gavel ne pouvant être présent, elles devaient être accueillies par le personnel du Musée ou M. Boissel en personne. L’hébergement était assuré par l’abbé Moulier, qui devait les recevoir dans son presbytère à Arcangues.
Les lundi 8 et mardi 9, des enregistrements ont été effectués à Saint Jean-Pied-de-Port.
Le mercredi 10, Marcel-Dubois et Andral se sont rendues chez le professeur Gavel à Anglet.
Le jeudi 11, elles ont pu assister au rassemblement de Euskalzaleen Biltzarra à Arcangues, qui réunissait plus de 200 basques venus de tous les coins du pays.
Elles se sont ensuite rendues à Sare
le vendredi 12 puis en Soule le samedi 13, avec une étape à Garindein le matin et une étape à Alos-Sibas-Abense l’après-midi.
Le lundi 15, dernier jour d’enregistrement, elles étaient à Bayonne pour réaliser une grande partie des enregistrements gascons.

Informateurs rencontrés

- À Saint-Jean-Pied-de-de-Port, lors du concours, plusieurs bertsulari dont Mattin et Pierre Bordaçarre dit Etxahun-Iruri, ainsi que Teodoro Hernandorena et le leader indépendantiste Telesforo Monzón; la chorale "Menditarrak"; plusieurs chanteurs et chanteuses comme Anita Bourdette, Georges Laffitte, Martin Arboniès, Roger Harcant, Mayie Iribarry, Pierre Escande, Michel Pédeflous, Georges Lescare, Dominique Bidonde, Sauveur Harambure, Arnaud Bourdette, Jean Etchevers, Auguste Steck, Beñat Irrigaray.  
-
À Anglet, M. Haristoy, M. Lasserre, Marie-Louise Gavel.

- À Arcangues, Jules Moulier dit Oxobi (dont nous pouvons entendre des fragments du sermont) improvise quelques bertsu pendant le "banquet" (les sujets de bertsu sont donnés par le Docteur Hernandorena) au cours duquel nous reconnaissons la voix des improvisateurs Mattin et Etxahun; le maire d’Arcangues Louis Dassance (qui prend également la parole pendant le "banquet", où diverses voix d’hommes se font entendre sur plusieurs chants populaires),
- À Sare, Jeanne Etcheverry raconte des histoires et propose quelques chants; Don Miguel Barandiaran est enregistré sur le tambour à friction, le rhombe et le diable et l’abbé Jules Moulier dit Oxobi interprète un chant; Jean Bergara joue plusieurs danses à la flûte txistu, interprète quelques chants ainsi que les points du jeu de pelote; Pascal Etcheverry est enregistré pour des cris de la chasse à la palombe et un irrintzina,
- À Garindein, Joseph Irigaray interprète plusieurs chants et l’appel de berger "Ttikito".
- À Alos-Sibas-Abense, Emmanuel Asmarès propose plusieurs chants, notamment issus de la pastorale, ainsi qu'un appel de berger; Arnaud Laxague est enregistré sur le répertoire de danses souletines de la mascarade jouées à la flûte xirula (txülüla) ainsi que sur plusieurs chants; un nouvel irrintzina est enregistré auprès de Pierre Elissabe; divers chants sont interprétés par Madeleine Barcos, Pierre Bordaçarre Etxahun-Iruri, Jean-Pierre Caubet, Mathieu et Arnaud Etxahun, Jean Grison, Paul Althabegoity. Le docteur Jaurreguiberry récite ce qui semble être un proverbe,
- À Bayonne, des chants gascons sont interprétés par André Casenave et Henri Laroche; des histoires contées par Albert Dufourg, et Yamina Larabi-Godinot qui semble être présent sur les deux types de prestations; Carlito Oyarzun chante et raconte des histoires et imite les cris des marchands de Bayonne; la mission se termine avec quelques chants basques interprétés par le choeur d’hommes "Lous Muts" de Bayonne, Emilio Oxinaga et Jean Zubizareta.

Selon la méthodologie appliquée depuis la première enquête de 1939 en Bretagne, l'un des carnets de terrain est consacré à la prise de notes relatives aux informateurs. Ci-dessous, figurent, pour ces quelques personnes, les données biographiques telles qu'elles ont été relevées par les deux enquêtrices:
- Michel Pédeflous, 10 ans et demi, né le 11 février 1937 à Saint-Jean-Pied-de-Port, comme ses parents, enfant de choeur.
Georges Lescare, 38 ans, né le 6 avril 1909 à Bayonne, marié, peintre décorateur, certificat d’études de musique à l’école. A vécu à Bayonne et à Toulouse. Il est aujourd’hui à Saint Jean-Pied-de-Port. A chanté une fois dans une Radio crochet à Toulouse.
Dominique Bidonde, 60 ans, est de la commune d’Iholdy, ferme d’Alax, marié, père de 7 enfants, cordonnier. A été très peu à l’école, ne connaît pas la musique. Est à Saint Jean-Pied-de-Port depuis 1903.
Sauveur Harambure, 35 ans, est né et vit à Uhart-Cize (500 m de  Saint Jean-Pied-de-Port), cordonnier, école jusqu’au brevet, ne connaît pas la musique. A vécu 3 ans à Saint-Jean-de-Luz et a chanté à l’Alegra (gai), une société de chant. A été dispensé du service en guerre. Il connaît la chanson populaire française et surtout le grand répertoire de chansons basques (dans tout le Pays Basque). Il a appris les chansons qu'il interprète dans les auberges, avec ses amis, il est très musicien mais ne joue d’aucun instrument. Il a été enquêté par Donostia, n’a jamais appris dans les livres, a des apprentis à son atelier de cordonnier, est boiteux, un phénomène en bicyclette.
Anita Bourdette, 22 ans, Saint-Jean-Pied-de-Port, a appris le piano, célibataire, parle le basque chez elle, certificat à 14 ans.

Enregistrements effectués

Les premiers enregistrements ont été réalisés le lundi 8 septembre 1947 à Saint Jean Pied-de-Port, lors d’un concours de bertsulari (chant improvisé) MUS1947.006.001.002D’autres bertsu sont enregistrés lors de la journée Euskalzaleen Biltzarra à Arcangues le 11 septembre (MUS1947.006.099.003).

Lors de cette mission, la plupart des enregistrements sont des chants monodiques enregistrés dans les trois provinces du Pays Basque nord. Quelques chanteurs retiendront notre attention, notamment par le nombre de chants interprétés dont nous donnons un exemple pour chacun: Sauveur Haramboure (MUS1947.006.063.001), Jean-Pierre Caubet (MUS1947.006.136), Jean Bergara (MUS1947.006.105.001), Emmanuel Asmarès (MUS1947.006.141), Arnaud Laxague (MUS1947.006.144) ou  Carlito Oyarzun (MUS1947.006.169.001).

Quelques femmes sont également enregistrées, même si elles se font beaucoup plus rares. Citons notamment Anita Bourdette (MUS1947.006.029) et Jeanne Etcheverry (MUS1947.006.113.001).

En ce qui concerne le répertoire polyphonique, nous le retrouvons sous sa forme plus informelle avec des "groupes de chanteurs" improvisés (ex: Auguste Steck, Dominique Bidonde, Beñat Irrigaray et Sauveur Haramboure le 9 septembre, MUS1947.006.056) ou plus formelle (avec notamment la chorale "Menditarrak" de Saint Jean Pied-de-Port MUS1947.006.031).

Des cantiques ont été enregistrés pendant la messe du 11 septembre à Arcangues (MUS1947.006.089.001).

Nous retrouvons également des histoires en basque (MUS1947.006.101) et en gascon (MUS1947.006.170) et des comptines, des cris de chasse à la palombe (MUS1947.006.111), des cris des bergers ou encore des annonces psalmodiées des compteurs de points lors des parties de pelote (MUS1947.006.119.001).

Des airs de danse exécutés à la flûte ont également été collectés auprès de Jean Bergara (au txistuMUS1947.006.116.002) et Arnaud Laxague (à la xirulaMUS1947.006.132.001).

Le parcours s’achève à Bayonne où est enregistré notamment le chansonnier gascon Carlito Oyarzun, interprétant des chants, histoires, et imitant également les crieurs de rue (MUS1947.006.189.005).

Une anecdote...

Le Professeur Gavel indique à Claudie Marcel Dubois, dans son courrier du 26 août 1947 :

Je ne vois guère la possibilité de faire des enregistrements le 6 à Bayonne ou dans les localités pas trop éloignées : il y aura à Bayonne de grandes fêtes le 6 et le 7, ce qui fait prévoir ces jours-là un tohubohu et une agitation tels qu’il est bien difficile de supposer que des sujets veuillent se prêter à des enregistrements qui les priveraient d’une partie des spectacles, s’ils sont sur place, ou, dans le cas contraire, les empêcheraient d’aller à Bayonne.

Ce "tohubohu" et cette "agitation" auraient été causés par la visite du... Général De Gaulle qui se serait rendu à Bayonne le 6 septembre 1947. Une personnalité dont la venue ne pouvait passer inaperçue...

Après le terrain

Suite à cette mission d’envergure réalisée au Pays Basque en septembre 1947, Claudie Marcel-Dubois publie un article intitulé La musique au Pays Basque Français avec audition de disques enregistrés en 1947, VIIème Congrès d’Etudes Basques (7. 1948. Biarritz), Donostia, Eusko Ikaskuntza, 2003, p. 21-25. Il est issu de la conférence qu'elle a proposée à l'occasion de ce congrès le vendredi 17 septembre au Musée Basque de Bayonne au cours de laquelle elle a fait entendre de nombreux enregistrements de sa mission de 1947.    
Le 23 juin 1948, dans une conférence intitulée Musiques de Haute-Loire et du Pays basque elle fait à nouveau référence à cette mission, ainsi qu'à l'occasion d'une dernière conférence intitulée Remarques sur l’ornementation dans l’ethnomusicologie européenne, qui paraitra dans l'International Musicological Society Congress Report, New York, Bärenreiter, 1961, Volume 1, p. 439.

Grâce à ces écrits, nous pouvons dégager les principales caractéristiques musicales attribuées à la musique basque par Marcel-Dubois suite à l'analyse des enregistrements fais en 1947.

Selon elle, la forme ABA serait la plus fréquente. Le type original euskarien (basque) – "type parfois étrange aux yeux de musiciens enracinés dans des tonalités fixes ou des barres de mesure" – présenterait ensuite deux phénomènes essentiels: la modulation et le rythme. En ce qui concerne la modulation, le passage du mineur au Majeur – ou du Majeur au mineur – serait typique, instabilité tonale qui contribuerait au caractère particulier de certains chants. Ces "intervalles émis avec indécision créeraient selon elle "ce que nous prenons pour des tonalités mobiles […]". Les intervalles mélodiques seraient plutôt courts et l’ambitus ne dépasserait que très rarement l’octave.

En ce qui concerne le rythme, Claudie Marcel-Dubois distinguerait deux catégories. La première répondrait à un besoin inné (sic) très développé et entretenu, notamment, par la danse ("rythme bien équilibré, alerte mais facile" écrit-elle). L'autre catégorie, dont l’emblème serait le zortziko, serait difficile à définir en raison d’une déformation d’interprétation, d’un certain besoin de bousculer, et d’une reprise du souffle immesurable dans les silences. "Il ne semble pas tant s’agir de mesures que de phrases généralement longues, accentuées irrégulièrement. La périodicité de ces accents est difficile à définir, aussi remarquons plutôt ici l’accentuation que le principe rythmique et cette sorte d’instabilité, marque de liberté et, d’indépendance, qui rend si difficile la capture du rythme basque entre les grilles du papier à musique" (congrès 1948). En somme, il y aurait plutôt accentuation que rythme, irrégularité que principe; "on pourrait parler d’instabilité rythmique comme d’instabilité tonale".

Pour terminer, Claudie Marcel-Dubois repérerait une ornementation inconsciente de la part des chanteurs, même si le chant basque serait d’une manière générale essentiellement syllabique.

Ainsi, Claudie Marcel-Dubois, grâce à différentes missions effectuées dans plusieurs régions de France, décrit les caractéristiques musicologiques du chant basque, ce qui à cette époque est plutôt rare. Elles seraient pour résumer: "rythme libre, accentuation, phrases longues, belles courbes mélodiques, ton nostalgique, noble, fier, des touches poétiques". Or, à cela s’ajouterait la notion de timbre, décrit pour la première fois dans l’Histoire de la musicologie basque grâce à un vocabulaire technique: "Ces voix sont, en général, naturellement bien placées. L’émission très ouverte donne une couleur vraiment remarquable" (1961).                                                

Maguy Pichonnet-Andral, quant à elle, publie de son côté Les mélodies traditionnelles françaises de structure archaïque, dans la revue Arts et Traditions Populaires, année IX, n° 4, octobre-décembre 1961, Strasbourg, Europea, 1961, pp. 289-308. Le travail collaboratif entre les deux chercheuse livre quelques transcriptions et analyses, notamment sur l’ornementation, ici reproduite, et qui correspond à Urso aphalaren malura...

transcription de Maguy Andral de l'incipit de Urso aphalaren malura

Références 

HIRIGOYEN BIDART Marie, Le chant soliste traditionnel au Pays Basque nord : approche méthodologique et proposition d’analyse, Mémoire de Master de musicologie, sous la direction de Jean-Christophe Maillard, Pascal Gaillard, Jésus Aguila, Université de Toulouse le Mirail, 2006, 204 p.

HIRIGOYEN BIDART Marie, Le chant basque monodique (1897-1990): analyse musicologique comparée des sources écrites et musicales, thèse de Doctorat de musique, sous la direction de Philippe Canguilhem, Jean-Christophe Maillard et Pascal Gaillard, Toulouse, soutenue à l’Université de Toulouse-Le Mirail, 2012, 350 p. (en ligne)

ITHURRIAGUE  Jean, Un peuple qui chante : les Basques, Paris, Edimpress, 1947, 118 p.

LARRE Jakes (dir.), Kantuketan erakusketan entzuten ahal diren kantuei buruzko azalpenak – Commentaires relatifs aux chants proposés à l’écoute au sein de l’exposition Kantuketan, Ustaritz, Institut Culturel Basque, 2001, 33 p.

LARRONDE Jean-Claude, ‘Histoire du VIIème Congrès d’Etudes Basques. Biarritz, 1948’, in VIIème Congrès d’Etudes Basques (7. 1948. Biarritz), Donostia, Eusko Ikaskuntza, 2003, pp. 17-61.

LE GONIDEC Marie-Barbara, ‘Les archives sonores du Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM), ancien Musée national des Arts et des Traditions Populaires (MNATP)’, Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS [En ligne], 35 | hiver 2010, mis en ligne le 29 mars 2011. (en ligne).

MARCEL-DUBOIS Claudie, ‘La musique au Pays Basque Français avec audition de disques enregistrés en 1947’, in VIIème Congrès d’Etudes Basques (7. 1948. Biarritz), Donostia, Eusko Ikaskuntza, 2003, pp. 21-25.

MARCEL-DUBOIS Claudie, ‘Musiques de Haute-Loire et du Pays basque. Conférence du 23 juin 1948’, in PERRE Didier (dir.) ; LE GONIDEC Marie-Barbara (avec la coll. de), /Titre non défini/, Paris-Rioms, CTHS-AMTA, 9 p. [A paraître à l'automne 2012, publication des archives de l'enquête en Haute-Loire de 1946 du MNATP]

PAREJO-COUDERT Raphaël, ‘Mémoire et dynamique culturelle en pays basque. Les archives sonores basques : recensement, production et projet de phonothèque basque’, Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS [En ligne], 23 | automne-hiver 2002, mis en ligne le 01 octobre 2002. (en ligne)

PICHONNET-ANDRAL Marie-Marguerite, ‘Les mélodies traditionnelles françaises de structure archaïque’, in Arts et Traditions Populaires, année IX, n° 4, octobre-décembre 1961, Strasbourg, Europea, 1961, pp. 289-308.

Les archives de l'enquête

Archives sonores

Cette mission rassemble 308 items qui forment la série MUS1947.006, enregistrés dans cet ordre:
Lundi 8 septembre, à Saint-Jean-Pied-de-Port:
- Concours de bertsulari: MUS1947_006_001 à MUS1947_006_027 (41 items)
- Chorale de St Jean-Pied-de-Port (sous la direction de M.Bourdette), dont certains interpréteront des solos: MUS1947_006_028 à MUS1947_006_046 (20 items)
Mardi 9 septembre, à Saint-Jean-Pied-de-Port:
- Chants: MUS1947_006_047 à MUS1947_006_079 (49 items)
Mercredi 10 septembre, chez M. Gavel, à Anglet:
- Cantiques en basque et comptines en gascon: MUS1947_006_080 à MUS1947_006_083 (8 items)
Jeudi 11 septembre, à Arcangues: Euskalzaleen Biltzarra
- Messe: MUS1947_006_084 à MUS1947_006_089 (8 items)
- "Banquet" où chants, discours et improvisations: MUS1947_006_090 à MUS1947_006_099 (22 items)      
Vendredi 12 septembre, à Sare
- Histoires contées, chants, airs de danse, instruments traditionnels divers, annonces de points au jeu de pelote, cris de la chasse à la palombe, irrintzina: MUS1947_006_100 à MUS1947_006_121 (42 items)
Samedi 13 septembre, à Garindein
- Chants et appels de bergers: MUS1947_006_122 à MUS1947_006_125 (7 items)    puis à Alos-Sibas-Abense
- Chants, comptines, appels de bergers, airs de danse, irrintzina MUS1947.006.126 à MUS1947.006.163 (50 items)
Lundi 15 septembre, à Bayonne
- Histoires, chants, cris de la rue, la plupart en gascon: MUS1947.006.164 à MUS1947.006.195 (61 items).

Archives textuelles

Cette enquête comporte 700 fichiers d’archives textuelles ventilés dans 22 dossiers relevant de deux cotes (FRAN_0011_2013043_043 et 044). Le détail est le suivant:
- Les échanges épistolaires concernant la préparation de l’enquête rassemblent 87 items (FRAN_0011_20130043_043_001) tandis que ceux effectués suite à la mission se composent de 56 items (FRAN_0011_20130043_043_002).

- L’ordre de mission et le budget ont été conservés dans le dossier FRAN_0011_20130043_043_003 (4 items)
- Le dossier suivant FRAN_0011_20130043_043_004 comprend trois feuillets de notes diverses.
- Une conférence rédigée par Claudie Marcel-Dubois est également disponible (21 items) FRAN_0011_20130043_043_006. Celle-ci évoque l’enquête du Pays Basque mais également celle effectuée en Haute-Loire en 1946, également menée avec un linguiste.
- Six carnets de terrain ont été conservés, comportant le plus souvent des noms et renseignements sur les informateurs et les chants (FRAN_0011_20130043_044_001 à  FRAN_0011_20130043_044_006), pour un total de 253 items.         
- Le dossier FRAN_0011_20130043_044_006 est composé de deux notes sur la numérotation des disques.
- Un cahier enfin comporte les transcriptions et traductions des textes enregistrés sur les disques de la mission M.N.A.T.P. "Pays Basque" 1947 (1ère série) du Professeur Henri Gavel (150 items) FRAN_0011_20130043_044_008.

Archives photographiques

Le fonds n'ayant pas été numérisé à ce jour, nous avons cependant connaissance des photographies qui ont été prises grâce à cet inventaire des clichés conservé dans le dossier d'archives textuelles FRAN_0011_20130043_043_005.

Consulter le fonds d'archives sur Didόmena

Rédactrice: Marie Hirigoyen Bidart
Remerciements: Pantxix Bidart, Jakes Larre (Institut culturel basque-EKE)